Patrimoine minier et industriel

Dans le cas d’une exploitation à ciel ouvert, la couche de charbon se trouve en surface et il n’est donc pas nécessaire de creuser en galeries pour délivrer ce charbon. Ainsi, après déblaiement des stériles, les couches de charbon sont découvertes par étages successifs horizontaux, d’où le nom « découverte ».

Découverte

Le charbon était un combustible utilisé pour alimenter la Centrale Thermique de Boisse-Penchot : l’énergie générée par la combustion du charbon permettait ainsi de produire de l’électricité. Il était indispensable à l’industrie sidérurgique : mélangé à du minerai de fer, il permettait la production de fonte d’acier. Dans une moindre mesure, il était utilisé pour le chauffage domestique.

Historique de l’exploitation

Découverte en 1983Avant l’essor de l’industrie minière à Decazeville, les paysans venaient extraire le charbon sans aucune méthode spécifique.

A partir de 1832, l’exploitation devient plus rationnelle : on « abat » le charbon à l’aide de pics et de coins. On évacue le charbon à l’aide de wagonnets, tirés par des chevaux. Il y a alors 800 ouvriers qui travaillent dans cette Découverte.

Entre 1912 et 1947 : c’est la « petite mécanisation » ; le charbon est toujours extrait à la main mais on utilise aussi une locomotive et une pelle à vapeur.

Découverte en 2011A partir de 1947, c’est la « grande mécanisation » grâce au Plan Marshall. Le charbon est extrait à l’aide de foreuses, de pelles électriques et de bulldozers. Ce sont alors des camions de chantier de grandes capacités qui transporte le charbon

Depuis l’arrêt de l’exploitation minière de la Découverte en 2001, Charbonnages de France, propriétaire du site pendant plusieurs années, a réhabilité la mine.

Chevalement de mine

Chevalement de mineLe Chevalement (22 m de haut), a été construit en 1902-1904, il desservait le puits central, qui descendait d’abord entre 1902 et 1904 à127,27 de profondeur puis entre 1930 et 1936 à151,07 m.

Il servait aussi à l’aérage des galeries, notamment la sortie d’air, même si les mineurs y descendaient à raison de 1000 mineurs toutes les 24 h, réparties sur 3 postes de travail, soit un système de travail en 3 x 8, (deux cages, une descendante et l’autre ascendante de manière simultanée, pouvant porter chacune 40 hommes).

Près de 20 millions de tonnes de charbon et autant de remblais, bois et fers de soutènement, en ont été extraits. Ses molettes s’arrêtèrent définitivement de tourner en 1966. C’est à partir de 1971 qu’a été organisé le pompage des eaux dans le puits pour faciliter la continuité de l’exploitation charbonnière à découvert.

Le puits central a été bétonné en 2005 pour sa mise en sécurité. Aujourd’hui il est le seul chevalement du territoire, ce qui lui confère une haute valeur symbolique.

Musée du patrimoine industriel et minier

ASPIBDCréée en juin 1997, l’ASPIBD (association loi 1901) est née de la volonté d’un tout petit groupe d’anciens mineurs, sidérurgistes et zingueurs.

L’association a pour but de mettre en valeur les richesses du Bassin qui possède une véritable culture industrielle enracinée à partir du charbon, de l’acier, du zinc et du verre.

Dans les deux halls de l’ASPIBD vous trouverez une exposition de photos, du matériel et des machines liées aux mines, des documents datant de la création de Decazeville ; mais également un historique du charbon, de l’acier, du verre, du zinc, la reconstitution de 2 galeries de mine et une présentation des entreprises actuelles.

Soufflantes

SoufflantesSitué sur la Zone du Centre, le bâtiment abritant les soufflantes fait l’objet d’une réflexion quand à sa réhabilitation afin de l’ouvrir au public.

Les soufflantes permettaient d’alimenter en air chaud les hauts-fourneaux qui fabriquaient de la fonte. Les deux soufflantes de Decazeville sont de type Corliss à pistons. Elles ont été construites en 1901 par les usines du Creusot.

Aujourd’hui, il n’existe quasiment plus de machine de ce genre en France.

Personnages célèbres

Élie Louis DECAZES

Duc DecazesÉlie Louis DECAZES est né le 28 septembre 1780 à Saint-Martin-de-Laye et décédé le 24 octobre 1860 à Paris. D’abord Comte, puis 1er Duc Decazes et duc de Glücksberg, il est un homme politique français du XIX° siècle.

Personnage très influent sous Louis XVIII, puis ambassadeur de France en Angleterre. Il prend exemple sur ce pays où la révolution industrielle est déjà bien avancée. Il fonde, en 1826, avec sa fortune personnelle une société : la « Société des Houillères et Fonderies de l’Aveyron » pour développer le charbon et le fer dans l’Aveyron dont le premier Directeur sera François CABROL.

La ville qui abritait les ouvriers de cette entreprise prospère prit le nom de Decazeville en 1829.

Une statue d’Augustin DUMONT, fondue par THIEBAUT, datant de 1864 lui rend hommage. Elle se situe sur une place du centre-ville portant son nom.

François CABROL

Francois CabrolNé à Rodez le 17 février 1793 et mort à Paris le 6 juin 1882, François Gracchus CABROL, est un polytechnicien, capitaine des armées de l’Empire.

Il fut, dès 1826, Directeur de la Société des Houillères et Fonderies de l’Aveyron fondée par le Duc Decazes.

Il sera également nommé Officier de la Légion d’Honneur car il est le véritable précurseur de la métallurgie en France.

Une statue de Denys PUECH, inaugurée en septembre 1895, lui est dédiée. Elle se situe sur une place du centre-ville portant son nom.

Son fils, Élie CABROL, né à Rodez en 1829 et mort à Paris le 21 décembre1905, a publié un grand nombre de comédies et de recueils de vers ; des récits de voyages en Italie et en Grèce. Il a fondé un prix littéraire à la Société des lettres du Rouergue.